Le Président de la République a confirmé le 13 juin ses engagements de campagne en matière d’aménagement numérique du territoire et sa conviction selon laquelle il faut trouver une véritable alternative, fiable et économique, pour les zones où la fibre optique n’est pas envisageable à court terme.

La 4G fixe (également appelée LTE fixe ou RttH) constitue une de ces solutions. Cette technologie, différente de la 4G mobile des opérateurs nationaux, permet en effet d’accéder au THD de manière pérenne pour les territoires enclavés, avec des délais de déploiement de 12 mois en moyenne.
La FIRIP à organiser une colloque dédié précisément à cet enjeu le 4 juillet 2017.

L’objectif initial du plan France THD est de déployer de la fibre optique, des réseaux très haut débit, sur tout le territoire. Mais la réalité est plus complexe et on sait pertinemment qu’avant que chaque foyer français soit fibré, des décennies vont s’écouler, notamment dans les territoires ruraux.

Mi-juin, Emmanuel Macron est d’ailleurs revenu sur le sujet, expliquant qu’ « avoir une solution mixte capable de marier la fibre et les innovations technologiques qui permettent d’avoir la 4G à bon niveau partout, ça on sait le faire ». Et cette idée de 4G Fixe fait de plus en plus son chemin tant chez les opérateurs que dans les collectivités territoriales.

Lors du colloque de la FIRIP (Fédération des Industriels des Réseaux d’Initiative Publique), la profession réunie a paru décidée à aller dans le même sens et opter pour le déploiement d’offres 4G fixes. « C’est une véritable alternative technologique THD, et pas simplement une montée en débit comme on a pu le voir ces derniers mois », constate un intervenant.

Actuellement, on compte en France plus de 7 millions de foyers et locaux professionnels qui disposent d’un accès inférieur à 8 Mbit/s ; dont 3 millions en-dessous de la barre des 3 Mbit/s. C’est principalement pour eux, en grande majorité situés dans les zones rurales, que la 4G fixe doit apporter des solutions.